la compagnie ferroviaire japonaise loin de la perfection

Catégorie : JRP

La Japanese National Railways a vécu de 1949 à 1987, date à laquelle, couverte de dettes, elle a cédé la place à six compagnies régionales privées et une compagnie de fret.

Sur beaucoup de plans les chemins de fer japonais sont supérieurs aux français: la ponctualité, la sécurité, le confort, la nourriture proposée.

Toutefois, le "story telling " marche à fond au pays du soleil levant et l'histoire qui a envahi les médias occidentaux en 2016 selon laquelle Japan Rail avait maintenu l'arrêt à une gare perdu d'Hokkaido ( Kami-Shirataki ) alors qu'une seule étudiante la fréquentait, est une galéjade. La gare a été détruite deux mois après que l'étudiante ait obtenu son diplôme et trois autres gares voisines avec.  De plus, l'étudiante "starisée" n'était qu'une parmi les dix usagers qui prenaient le train quotidiennement à cette gare.

Par ailleurs, les trains de nuit prestigieux qui faisaient le bonheur des touristes ont tous disparu  pour cause de non rentabilité à l'exception du Sunrise Seto/izumo qui relie Tokyo à, au choix, Takamatsu ou Izumo.  

Enfin, pour ne prendre que JR Hokkaido comme exemple, son président a annoncé fin 2016 la fermeture de 1237 kilomètres de lignes soit 50% du réseau,les comptes de la compagnie étant dans le rouge à hauteur de 23 milliards de yens  pour l'exercice finissant en Mars 2017.

Donc, aujourd'hui le train japonais est encore bien supérieur au train français, mais son évolution ne se fait pas dans le bon sens.