nagasaki - la renaissante

Présentation de Nagasaki.

Nagasaki : Ville côtière située sur la partie Nord Ouest de l’île de Kyushu à la latitude de 32 ° Nord  (idem  latitude Casablanca). 
Simple village de pêcheurs, Nagasaki s’est développée et transformée en grand port marchand à partir du 16 ème siècle avec l’arrivée des missionnaires jésuites  comme Saint François Xavier, puis des commerçants  européens (portugais, espagnols, hollandais).
Les européens ont laissé une empreinte sur la ville. Ils ont fait bâtir de nombreuses églises et cathédrales, des quartiers d’expatriés européens encore intacts.
La présence chinoise a également marqué l’architecture de certains quartiers.
La bombe atomique Fatman, qui fut larguée par les américains sur la ville de Nagasaki le matin du 9 Aout 1945, 3 jours après le bombardement d’Hiroshima, explosa à l’altitude de 500 mètres à la verticale de la cathédrale Sainte-Marie d’Urakami où étaient rassemblés de nombreux fidèles qui assistaient à une cérémonie liturgique préparatoire à la fête de l’Assomption. De plus, ce quartier périphérique d’Urakami était le quartier chrétien de Nagasaki où la moitié d’entre eux (14 000) furent tués ce jour là parmi les 60 000 victimes estimées. Les chrétiens survivants, ainsi que le célèbre docteur Nagai, firent le parallèle entre leur sort et celui des chrétiens martyrs. Le film « les enfants de Nagasaki » du réalisateur chrétien Kinoshita Keisuke, éclaire ce point de vue. 
Le relief accidenté de la ville, confina le souffle dans la vallée d’Urakami et épargna en partie le reste de la ville. Ce qui permit peut-être à Nagasaki d’entretenir une mémoire plus apaisée à son holocauste qu'Hiroshima.  
 En 2015 Nagasaki comptait 430 000 habitants (Paris : 2,2 millions d’habitants) installés sur une surface de 406 km² ( Paris : 105 km²). La densité de population est donc assez faible et les gratte ciel étant absents, quand on se promène en ville, on a toujours une vue agréablement dégagée. L’atmosphère n’est pas pesante comme à Hiroshima et on a plaisir à visiter la ville en empruntant ses tramways désuets et bariolés. Pour une question de conditions météorologiques les mois de Mars et Avril, Août et Octobre sont les plus propices à arpenter Nagasaki. C’est l’étape finale idéale d’un voyage estival itinérant avec, juste avant cela , la visite de l’archipel des îles Goto pour sa culture et ses plages.


Le quartier chinois, l’île et le quai de Dejima, la baie de Nagasaki ainsi que le réseau de tramways sont des raisons suffisantes pour  séjourner à Nagasaki au moins 2 jours.

Nagasaki au cinéma

1) Les enfants de Nagasaki: de Kinoshita Keisuke

Les enfants de Nagasaki.

L'argument: Le docteur Nagai, rescapé de Nagasaki, souffre des effets des radiations nucléaires. Il décide d’écrire ses mémoires. Son fils se souvient...

La première partie du film peut faire penser au Tombeau de lucioles dont les premières scènes décrivaient le quotidien de deux enfants japonais pendant la guerre entre exploration de la campagne environnante (majestueuse de sérénité) et allers-retours dans les abris, au rythme des alertes. Le calme avant la tempête qui, chez Kinoshita, ne tardera pas à s’abattre, imprévisible et foudroyante. Le reste du film s’attache à la question de l’après, de la survie dans un univers dévasté d’où l’innocence est définitivement bannie. 

2) Typhon sur Nagasaki : film français de Yves Ciampi tourné en 1957 avec Danielle Darrieux, Jean Marais et Keiko Kishi.

Typhon sur Nagasaki.

https://www.youtube.com/watch?v=p_Tym5vi-tw

C'est la première co-production franco-japonaise de l'après-guerre. Elle bénéficia d'un budget colossal et fut un succès commercial en France au moment de sa sortie. L'histoire racontée n'est pas très palpitante néanmoins le film est intéressant pour l'aspect "documentaire" du début, pour la scène de Danielle Darrieux dans un sushi bar qui fait la fière mais finit par renoncer, dégoûtée par le poisson cru, " je me dégonfle" dit-elle. On assiste également à une représentation de "bunraku", et à plusieurs moments insolites de ce type. La scène finale qui dure 20 minutes est impressionnante. C'est l'arrivée du fameux typhon. Une rue composée de 170 maisons japonaises fut reconstituée pour l'occasion. On attendit une intempérie, des moteurs d'avions furent utilisés pour décupler les effets du vent. Jean Marais insista pour tourner ces scènes malgré les dangers réels. Plusieurs membres de l'équipe du film furent blessés. François Truffaut détesta le film.

           

 

 

Comment se rendre Ă  Nagasaki ?

En avion 

Depuis Tokyo Haneda : A partir de 100 euros et 2 heures. ( solassed air)

 Depuis Osaka : A partir de 60 euros durée 1 heure. ( peach aviation)

Notez qu'il n'y a pas de liaison ferroviaire entre l'aéroport de Nagasaki et la ville. Il est excentré et à 40 minutes de la ville en bus ( 1000 jpy) . Fréquence des bus. 1 bus par heure.

En train

En train par le réseau JR, éligible au Japan Rail Pass : à 2 heures de Fukuoka ( Hakata), à 3 heures de Kagoshima, à 4H30 de Osaka.. 
Demandez un voyage personnalisé ou Roadbook et évoquez Nagasaki dans le texte libre.
Nagasaki est accessible avec le JR Pass. 

 Comment se déplacer dans Nagasaki ?

Déplacez vous dans Nagasaki en utilisant le tramway. C'est un réseau dense, coloré, sympathique et bon marché: 120 jpy quel que soit le trajet le trajet et 500 jpy le pass trajets illimités d'une journée. 

Passez par la page Roadbook ou par Contact pour nous interroger sur Nagasaki.

Nos circuits qui passent par Nagasaki

Circuit N° 5 Jours tranquilles à Kyushu.

Circuit N° 7 Pèlerinage sur le Chemin Jean De Goto.